Image Alt
 • Guides pratiques  • Bien prĂ©parer un rapport anal

Bien préparer un rapport anal

 

 

Jouer Ă  deux, c’est avoir la possibilitĂ© de varier les plaisirs, d’essayer de nouvelles choses ou de (re)dĂ©couvrir certaines sensations. La stimulation anale fait partie de cet Ă©ventail d’options qui s’offrent Ă  nous et Ă  notre partenaire. Et contrairement aux idĂ©es reçues, elle peut procurer des orgasmes trĂšs intenses. Mais avant de se lancer, il faut savoir qu’un rapport anal se prĂ©pare. C’est parti pour un partage d’astuces pour vous aider Ă  vous lancer en toute sĂ©rĂ©nitĂ© ! 

 

Parlez de vos envies et de vos craintes 

 

Avec la libĂ©ration sexuelle des derniĂšres dĂ©cennies, on parle plus facilement de ce que l’on tente sous la couette. Bye bye les tabous qui commencent doucement Ă  s’estomper. Les langues se dĂ©lient et beaucoup prennent la parole Ă  ce sujet. 

 

RĂ©sultat des courses, comme on sait ce qu’il se passe chez le voisin, on compare sa sexualitĂ© avec celle des autres. On peut mĂȘme aller jusqu’à tenter des expĂ©riences qui ne nous attirent pas plus que ça pour se sentir dans la norme.. 

On ne le rappellera jamais assez, tout est histoire d’envie et de consentement ! Ce n’est pas parce que beaucoup de personnes dans votre entourage pratiquent la sodomie, que vous devez forcĂ©ment tester si vous n’en avez pas envie. Il faut avoir conscience que l’on peut ressentir une certaine forme de pression. “Les hommes sont dingues de ça, il va forcĂ©ment te le demander”. Le demander peut-ĂȘtre, mais votre acceptation c’est autre chose. Il n’y a rien d’obligatoire lĂ  dedans ! 

 

Une des raisons pour lesquelles on n’ose pas se lancer, en dehors du fait que ça ne nous attire pas du tout, sont les craintes que l’on peut avoir. Alors on n’hĂ©site pas Ă  parler avec son·sa partenaire, pour se mettre en confiance il n’y a pas mieux !

 

On prĂ©pare son corps mais aussi sa tĂȘte !

 

D’ailleurs en parlant de craintes, je vous propose de passer en revue les angoisses et idĂ©es reçues les plus courantes quant il s’agit de rapport anal : 

 

  • “Je n’ose pas, il va forcĂ©ment y avoir des traces et ça me bloque” 

 

Votre rectum est prĂ©vu pour Ă©liminer ce dont votre corps n’a pas besoin. Il y a donc effectivement une possibilitĂ© que vous retrouviez des matiĂšres fĂ©cales sur le sexe de votre partenaire, sur son doigt, ou sur les draps.. Et je vous rassure, il n’y a pas mort d’homme ! Une douche, une bonne lessive et ni vu ni connu !

 

Ne soyez pas gĂȘné·e, votre partenaire sait trĂšs bien Ă  quoi s’attendre s’il s’aventure Ă  ce niveau lĂ .. Tout le monde s’assoit sur le trĂŽne, et au grand dĂ©sespoir de certain·e·s, il n’y a pas de bouton “stop” ! Il n’y a aucune honte Ă  avoir s’il y a des rĂ©sidus, ça arrive mĂȘme aux meilleurs. Mais si l’idĂ©e vous mortifie, vous avez toujours l’option du lavement anal. 

 

Comment ça fonctionne ? C’est trùs simple, on attrape sa poire de lavement au vol, on la remplit d’eau tiùde, puis on file sous la douche : 

    • InsĂ©rez dĂ©licatement l’embout dans votre anus aprĂšs avoir appliquĂ© du lubrifiant. Si ça bloque, ne forcez pas, vous risqueriez de vous blesser. RĂ©essayez plus tard, vous n’ĂȘtes sĂ»rement pas encore prĂȘt·e sur le plan psychologique ! 

 

    • Pressez pour dĂ©verser le contenu dans votre rectum. On exerce une pression continue, pas comme si vous jouiez avec une balle anti-stress, vous risquez d’aspirer des sĂ©crĂ©tions dans la poire, et d’y laisser des bactĂ©ries que vous risquez de rĂ©introduire dans votre anus la fois suivante, et bonjour les infections ! 

 

    • Contractez pour maintenir l’eau, patientez quelques minutes et direction les toilettes pour expulser. À vous le rectum tout clean et sans rĂ©sidus pour jouer en toute sĂ©rĂ©nitĂ© ! 

 

PrĂ©cisions qui s’imposent, on n’utilise jamais autre chose que de l’eau dans sa poire Ă  lavement. Pas de savon, de produit ou d’extrait de plante, c’est la garantie de dĂ©truire sa flore intestinale et bonjour les problĂšmes de santĂ©. 

On ne fait pas non plus de lavement 5 fois par semaine. Si on pratique le lavement de maniĂšre rĂ©pĂ©tĂ©e, la flore intestinale en prend un coup, mĂȘme en utilisant uniquement de l’eau et vous risqueriez de perdre le rĂ©flexe dĂ©fĂ©catoire. Vous seriez bon·ne pour une consultation chez le mĂ©decin, avec les explications gĂȘnantes et tout ce qui s’ensuit, ou une sĂ©ance de chamanisme aux rĂ©sultats douteux.

 

  • “Je vais forcĂ©ment avoir mal” 

 

Pas nĂ©cessairement, sinon on imagine aisĂ©ment qu’il y aurait trĂšs peu de volontaires ! Si vous vous prĂ©parez correctement, que vous ĂȘtes Ă  l’aise avec l’idĂ©e d’essayer et que vous avez confiance en votre partenaire, il n’y a pas de raison de souffrir. Et petite astuce bonus, c’est plus simple pour une premiĂšre tentative de s’y pencher juste aprĂšs un orgasme ! Vous serez dĂ©tendu·e, merci mademoiselle dopamine, alias l’hormone du plaisir, et ce sera nettement plus simple et agrĂ©able pour vous. 

 

Votre partenaire peut commencer par des caresses avec le doigt pour vous familiariser aux sensations au niveau de l’anus. Iel peut Ă©galement pratiquer un anulingus si vous ĂȘtes Ă  l’aise avec l’idĂ©e. L’action de la langue peut aider les sphincters Ă  se dĂ©tendre ! 

Prenez le temps qu’il vous faut pour vous dĂ©tendre, et si cela ne suffit pas, vous pouvez opter pour un dĂ©contractant anal qui vous garantira un lĂ©ger effet anesthĂ©siant et vous permettra de franchir les Ă©tapes suivantes plus sereinement. 

 

Toujours si vous ĂȘtes partant·e pour continuer, votre partenaire peut tenter d’introduire un doigt. On oublie pas d’utiliser un lubrifiant anal, car votre postĂ©rieur n’a pas l’option “lubrification naturelle”. On pense donc Ă  lui filer un coup de pouce (sans mauvais jeu de mot) ! 

L’idĂ©al est vraiment d’opter pour un lubrifiant spĂ©cialement conçu pour, car ils sont plus Ă©pais pour permettre une pĂ©nĂ©tration plus simple, et une glisse plus optimale pour Ă©viter de se blesser. 

 

Vous vous en sortez comme un·e chef·fe et les sensations sont plutÎt cool ? Vous pouvez opter pour un plug anal qui vous permettra de faire une transition en douceur entre la taille du doigt de votre partenaire et celle de son sexe. Libre à vous de tester ensuite ou non, une pénétration !

 

  • “J’ai peur qu’en contractant par rĂ©flexe, on reste coincĂ©s” 

 

Si l’étape de la prĂ©paration (expliquĂ©e juste au dessus) est correctement respectĂ©e, il y a vraiment trĂšs trĂšs trĂšs peu de risques que cela se produise ! 

Restez dans la communication, Ă  la moindre sensation dĂ©sagrĂ©able ou petite douleur, signalez-le Ă  votre partenaire. Trois options s’offrent alors Ă  vous :

 

    • Ralentir le rythme, un va-et-vient trop rapide peut ĂȘtre difficile Ă  supporter lors d’un premier essai 

 

    • Changer de position, l’angle de pĂ©nĂ©tration exerce peut-ĂȘtre trop de pression sur votre paroi anal, optez pour quelque chose qui permet plus de dĂ©licatesse 

 

    • ArrĂȘter le rapport anal, sous de vifs applaudissement parce que vous l’avez fait, c’est une premiĂšre et ça se respecte. Vous aurez tout le temps de retenter l’expĂ©rience plus tard. 

 

  • “Au moins je suis sĂ»r·e de ne pas attraper d’IST” 

 

Queneni ! Les Infections Sexuellement Transmissibles ne concernent pas uniquement les pĂ©nĂ©trations vaginales. DĂšs lors que des muqueuses entrent en contact au cours d’un rapport non protĂ©gĂ©, vous ĂȘtes exposé·e au risque de contracter une IST. 

Dans le cas d’un rapport anal, la muqueuse du gland entre en contact avec la paroi anale, il est donc tout Ă  fait possible qu’une contamination se produise. Vous ne vous ĂȘtes pas fait dĂ©pisté·e depuis un moment ? Dans le doute, mieux vaut utiliser un prĂ©servatif pour jouer en toute sĂ©curitĂ© ! 

 

  • “Un rapport anal va le·la rendre fou·lle, il va ĂȘtre hors de contrĂŽle”

 

Tout est question de communication ! Si vous vous parlez en toute franchise, il ne devrait y avoir aucun problÚme de ce cÎté là. 

Le rythme est trop rapide, vous ressentez une sensation dĂ©sagrĂ©able ou douloureuse, ou vous voulez simplement arrĂȘter lĂ .. Dites le. Rester Ă  l’écoute pendant que l’on joue c’est possible ! Il suffit simplement d’expliquer que vous avez quelques apprĂ©hensions et que vous voulez le faire Ă  votre rythme et selon vos rĂšgles. 

Petit rappel, dans l’excitation du moment, on peut ĂȘtre tenté·e de basculer d’un rapport anal Ă  un rapport vaginal. C’est LA mauvaise idĂ©e ! Les bactĂ©ries prĂ©sentes dans l’anus peuvent crĂ©er tout un tas de dĂ©sagrĂ©ments si elles entrent en contact avec les muqueuses vaginales. On peut opter pour un passage Ă  la douche avant de continuer ou pour un prĂ©servatif que l’on change avant d’envisager une pĂ©nĂ©tration vaginale. 

 

Allez en route vers de nouveaux plaisirs, l’esprit soulagĂ© et avec moulte astuces sous le bras pour bien se prĂ©parer. N’oubliez pas, il ne faut jamais se sentir obligé·e de faire quoi que ce soit qui ne fait pas envie ! Si vous en avez envie, lancez-vous et essayez; si ce n’est pas le cas, ce ne sont pas les alternatives pour jouer qui manquent 😜

Hello, moi c'est Céline ! Je suis créatrice de contenus pour Passage du Désir, et je vous partagerai au fil de l'eau une multitude de tips pour pimenter vos moments à deux ou en solo et vous guider vers une sexualité épanouie.

Content Manager